Ça branle dans le manche

Auschwitz commence partout où quelqu'un regarde un abattoir et pense: ce sont seulement des animaux. T.Adorno

10 septembre 2010

Accident de chasse à Lourde : quand l'haleine est chargée comme le fusil, l'aine encaisse...

mirador

Quel gentil garçon ! Partageur en plus ! Le coeur sur la main.
Donnant à l'un, servant l'autre également.
A Lourde (je te parle de l'autre Lourde, dans le Comminges, en Haute-Garonne), il a fait ce que peu savent faire : un seul tir foiré, deux blessés !
Ils chassaient à l'affût, ce mardi 07 septembre. Si tu vas sur n'importe quel site de viandards, même le plus pourri, tu liras que ce mode de chasse, appelé tir d'été, est parmi l'un des plus sûrs.
T'es planqué dans ton mirador, le flingue dans une main, la boutanche dans l'autre, et tu glandes en attendant que l'animal rapplique à la tombée de la nuit pour aller croûter. C'est comme qui dirait du tir sélectif. Un truc de sniper.
D'où l'exploit du type qui a pensé tirer sur une bestiole et a allumé un pote à la main et l'autre à l'aine. De la bonne chevrotine des familles.
Les secours ont galéré (et ton fric a été dépensé) pour amener l'hélico sur les lieux. En pleine forêt, la nuit, c'est pas évident.

Posté par TAOMUGAIA à 08:01 - Traditions connes et cruelles - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

    En espérant qu'ils ont eu une leçon (cela m'étonnerais) et qu'ils n'y reviennent plus. Dans ce cas la dépense sera utile à quelque chose.
    KlaRA

    Posté par KlaRA Desgaspard, 10 septembre 2010 à 09:18
  • L'armurier se frotte les mains,
    les chasseurs ne sont pas encore en voie d'extinction.

    Posté par mony, 10 septembre 2010 à 11:54
  • il faut surtout pas rater l'animal pour bien réguler la nature

    ils paient de leur personne en plus;ils veulent peut être une médaille?celle de la bêtise ,du 0 neurones et de bouteille vidée ,de la cruauté.............bref celle-là j'en fait fabriqué une de suite s'ils arrêtent leur conneries.

    Posté par catherine, 10 septembre 2010 à 22:03
  • A demain

    Viendez nombreux à Nîmes

    Posté par l'elfe, 10 septembre 2010 à 23:12
  • Menteur

    Pourquoi vous MENTEZ ? L'accident ne s'est pas déroulé ainsi, mais vous ne poouvez pas le savoir puisque vous n'étiez pas là !
    C'est pcq vos arguments ne sont pas assez solides que vous mentez afin de rendre ses gens plus détestables et asseoir votre cause?
    PATHETIQUE ! Du respect pr ce jeune et ses proches svp !

    Posté par Un ami, 17 septembre 2010 à 09:47
  • Tao menteur pathétique

    bababa!
    ce qui est pathétique c'est la réaction de l'ami, nous, heureusement qu'on était pas là! On a pas l'habitude de se trimballer avec un fusil et de tuer tout ce qui bouge, y compris les copains jeunes ou vieux.
    Et pi on s'en fout un peu des circonstances, les conséquences sont là, et le coût c'est pas du flan, nos impôts servent à ces viandards aussi, sans compter ce qu'ils nous volent d'espace de promenades et de relationnel aux habitants des forêts.

    Posté par hébé, 17 septembre 2010 à 12:38
  • @ Un ami... Très chair...

    Bien sûr que c'est des mensonges! Il n'existe pas sur Terre des gens assez cons pour acheter un fusil et tirer ensuite sur des copains chasseurs. Ça aurait été publié dans la Presse s'il y avait des alcooliques armés dans les bois. En plus, le gouvernement, la police et la justice interdiraient bien évidement le port d'arme à des abrutis qui tirent sur tout ce qui bouge.

    Bon sinon, à part ça, cher Un ami, vous voudriez pas un cartable avec une trousse et des livres de 5ième? Parce que je connais depuis peu un gosse de chasseur qui sait plus trop quoi en faire. Il a un esprit plus tout à fait sain, dans un corps de traversin. Un peu mou quoi...
    Comme vous dites, respect pour les jeunes hein ! Crétin !

    Alain

    Posté par Alain P., 17 septembre 2010 à 13:35
  • Plus de précisions sur cet accident

    Article de la Dépêche du Midi
    Ore (Haute Garonne), près de Lourde (sans S)

    Chasse : un drame et des questions


    Notamment organisées pour protéger les cultures contre les dégâts du gros gibier, les battues obéissent à des règles de sécurité très strictes.Mardi, le soleil s'est couché à 20 h 18. La loi veut que la chasse puisse se pratiquer une heure avant et une heure après le lever et le coucher du soleil. À 21 heures, on pouvait, donc, chasser sur la commune de Ore, dans le sud de la Haute-Garonne. C'est à cette heure que deux personnes qui participaient à une battue ont été grièvement blessées par le tir accidentel d'un autre chasseur. La balle, sans doute du 7 mm a blessé l'une des victimes, un habitant de Gourdan-Polignan Joël Juvani âgé de 41 ans à la main et l'autre, un jeune âgé de 22 ans domicilié à Huos, Yohan Ferras à l'aine.

    Aussitôt, le chasseur auteur du coup de feu, Michel Verzeleti, 68 ans, domicilié dans les Hautes-Pyrénées a alerté les secours Leur arrivée a été retardée par l'éloignement du lieu de l'accident et la nuit.

    Le jeune homme touché au bas-ventre, a dû être évacué par hélicoptère dans un hôpital toulousain. Selon nos informations il ne participait pas activement à la chasse mais accompagnait les deux chasseurs.

    La seconde victime a été transportée à l'hôpital de Saint-Gaudens. Si les faits sont graves le pronostic vital pour l'un comme pour l'autre ne sont plus engagés fort heureusement.

    Le chasseur sexagénaire très affecté a été victime d'un malaise sur les lieux et a dû être hospitalisé lui aussi.

    Tir accidentel ou acte irresponsable ?
    Les circonstances du drame restent floues. Les gendarmes, en effet, n'ont pu entendre, hier, les protagonistes. Le coup de feu est-il parti tout seul ? Le tireur a-t-il cru voir arriver vers lui un animal (chevreuil, sanglier) ? Une chose est sûre cette chasse à l'affût était organisée dans un cadre légal. Michel Verzeleti, est qualifié de « chasseur expérimenté à la bonne réputation. »

    Il n'en demeure pas moins que deux personnes ont été blessées. Si le président de la société de chasse de Ore, André Julian ne souhaite pas s'exprimer, par contre Jean-Louis Costamagne, responsable de la chasse à la direction départementale de la chasse confie : « Si c'est accidentel c'est de la malchance. S'il s'agit d'une erreur humaine c'est dramatique, l'acte d'une personne irresponsable. Il y a des procédures à respecter ».


    --------------------------------------------------------------------------------

    Les règles respectées ?
    Si les chasseurs doivent attendre le 12 septembre pour sortir les fusils on est en période d'ouverture anticipée pour certaines espèces nuisibles, notamment pour protéger les cultures. Ainsi depuis le 15 août chevreuil et sanglier peuvent être chassés en battue sans demande d'autorisation. D'autre part, le code de l'environement permet de chasser le renard à ceux qui pratiquent la chasse du chevreuil et du sanglier légalement. C'est ce type de chasse à l'affût qui était pratiquée ce mardi . Mais il y a des règles à respecter explique Michel Jarrige chef du service départemental à l'office national de la chasse et de la faune sauvage : bien identifier sur quoi on s'apprête à tirer, ne pas changer de poste tant que la battue n'est pas terminée, respecter l'angle de tir dans le poste où on se trouve. Ces règles ont-elles été respectées ? Il appartiendra à l'enquête de le dire

    PRECISIONS PERSONNELLES apprises aujourd'hui:
    le tireur, le jeunot expérimenté de 68 balais, est devenu fou, il est à Lannemezan (hôpital psychiatrique), les blessés: un, une balle dans la main deux doigts amputés,
    l'autre, le vrai jeunot, une balle dans le côté du ventre ressortie dans la cuisse, émasculé et
    toujours dans le coma, peu d'espoir de le sauver.
    On comprend que l'autre ait pété les plombs (c'est le cas de le dire) quand il a vu le service 3 pièces satellisé...
    Si toutefois notre "ami" a plus de précisions puisque lui y était... et si je mens que j'aille en enfer.

    Posté par yeap31, 26 septembre 2010 à 19:56
  • Vous en connaissez beaucoup, des "loisirs" comme ça ?

    Quand un pilote de rallye commet une erreur, c'est lui qui va au ravin. Quand un cycliste manque un virage, c'est lui qui fait connaissance avec la dureté de l'asphalte. Quand un parapentiste fait une erreur de pilotage, c'est lui qui morfle. Le chasseur, c'est l'inverse : quand il merde grave, c'est toujours quelqu'un d'autre qui déguste. Evidemment, ça déresponsabilise...
    Chaque jour de cette saison de chasse, comme tous les ans, on va constater ça. Petit rappel : les armes, c'est toujours fait pour tuer.

    Posté par Régis, 27 septembre 2010 à 09:01
  • il est devenu fou

    c'est dommage qu'il ait fallu ces drames pour qu'il réalise qu'avoir un fusils c'est être dangereux. je crois que ce genre d'histoire devrait davantage être divulguée.à la télé ,il faut tombé dessus et encore.

    Posté par catherine, 27 septembre 2010 à 23:53
  • Last news

    Il va s'en sortir le bougre, mais sa descendance est sacrément compromise vu que le service 3 pièces a été pulvérisé. L'autre par contre est toujours interné, voir 2 doigts, deux valseuses et le chef d'orchestre se balader dans une pelouse sanguinolante ça laisse des traces dans un petit cerveau de viandard.

    Posté par yeap31, 11 octobre 2010 à 14:58

Poster un commentaire