Ça branle dans le manche

Auschwitz commence partout où quelqu'un regarde un abattoir et pense: ce sont seulement des animaux. T.Adorno

14 février 2014

Tuer pour son plaisir

lait

Posté par TAOMUGAIA à 13:28 - Animal on est mal - Commentaires [78] - Permalien [#]

Commentaires

    les gros cons ont encore frappé

    http://www.paris-normandie.fr/actu/16-emplacements-de-nids-de-cigognes-vandalises-dans-l%E2%80%99estuaire-de-la-seine

    Posté par terrienne01, 14 février 2014 à 17:10
  • n'oubliez pas

    DEMAIN TOUT LE MONDE A LILLE, 14h place du Théâtre

    Posté par terrienne01, 14 février 2014 à 17:50
  • belle manif à Lille

    pour ceux qui veulent mes photos, comme d'hab, vous me le demandez.
    et je vais mettre une vidéo sur Youtube et vous aurez le lien ici.
    merci à tous ceux qui ont fait le déplacement.

    Posté par terrienne01, 16 février 2014 à 11:50
  • vidéo manif Lille

    avec mes excuses pour la qualité pourrie ...
    http://www.youtube.com/watch?v=A4woRe0ImKM&feature=youtu.be

    Posté par terrienne01, 17 février 2014 à 13:01
  • une autre ! une autre ! une autre ! une autre ? OK, une autre :
    http://www.youtube.com/watch?v=SNETk-aZcr4&feature=youtu.be

    Posté par terrienne01, 17 février 2014 à 16:19
  • Y'a des jours...

    ...faudrait rester couché. A se demander s'il ne vaut pas mieux être aveugle que de lire ça :


    J.O. du 18 février 2014 page 2787

    Arrêté du 10 janvier 2014 portant renouvellement de l'agrément de protection de l'environnement de l'association Fédération nationale des chasseurs (FNC)

    Le ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie,
    Vu le code de l'environnement, notamment ses articles L. 141-1 et R. 141-2 à R. 141-20 ;
    Vu l'arrêté du 3 mars 2011 portant agrément dans le cadre national de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) ;
    Vu l'arrêté du 12 juillet 2011 relatif à la composition du dossier de demande d'agrément au titre de la protection de l'environnement, du dossier de renouvellement de l'agrément et à la liste des documents à fournir annuellement, notamment son article 2 ;
    Vu la demande du 24 juin 2013 présentée à la préfecture des Hauts-de-Seine par la Fédération nationale des chasseurs (FNC), déclarée conformément à l'article 5 de la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d'association, dont le siège social est situé 13, rue du Général-Leclerc à Issy-les-Moulineaux (92136), en vue d'obtenir le renouvellement de l'agrément au titre de l'article L. 141-1 du code de l'environnement dans un cadre national ;
    Vu les avis du préfet des Hauts-de-Seine, du directeur régional et interdépartemental de l'environnement et de l'énergie d'Ile-de-France, respectivement du 19 septembre 2013 et du 6 août 2013, et celui, tacite, du procureur général près la cour d'appel de Versailles ;
    Considérant que l'objet statutaire de la Fédération nationale des chasseurs concerne la protection de la faune, de la flore, la réhabilitation des animaux sauvages, la conservation du patrimoine naturel en général et la lutte contre toute atteinte portée à l'environnement naturel ;
    Considérant que l'activité effective et publique de l'association concerne la protection d'espèces animales et des milieux naturels en ce qu'elle est chargée d'assurer la défense de la chasse, activité dont le caractère environnemental est reconnu dans l'article L. 420-1 du code de l'environnement, qu'elle élabore une charte de la chasse en France exposant la contribution de la chasse à la conservation de la biodiversité et qu'elle assure un rôle d'expert en matière de protection d'une partie de la faune sauvage ;
    Considérant que cet objet et cette activité correspondent à plusieurs domaines énumérés à l'article L. 141-1 du code de l'environnement, à savoir la protection de la nature et la gestion de la faune sauvage et de ses habitats ;
    Considérant que c'est à titre principal que la Fédération nationale des chasseurs œuvre pour la protection de l'environnement ;
    Considérant que le nombre de ses membres directs et indirects, dépassant un million deux cent mille par l'intermédiaire, notamment des fédérations départementales des chasseurs, est suffisant eu égard au cadre national pour lequel elle sollicite l'agrément et que son activité porte sur l'ensemble de ce territoire ;
    Considérant que le fonctionnement de l'association est conforme à ses statuts et que ceux-ci ainsi que son règlement intérieur permettent l'information de ses membres et leur participation effective à la gestion de l'association, que les garanties de régularité en matière financière et comptable sont suffisantes et qu'elle exerce une activité non lucrative avec une gestion désintéressée ;
    Considérant que l'association a satisfait aux obligations annuelles définies à l'article R. 141-19,

    Arrête :

    Article 1 : L'agrément d'association de protection de l'environnement dans le cadre national de l'association Fédération nationale des chasseurs (FNC) est renouvelé pour une période de cinq ans à compter du 1er janvier 2014.

    Article 2 : Le présent arrêté sera publié au Journal officiel de la République française.

    Fait le 10 janvier 2014.
    Philippe Martin

    Posté par Frank, 18 février 2014 à 17:02
  • Pour les cigognes en Baie de Seine

    http://www.chasse-en-baie-de-seine.com/forum/showthread.php?t=10103&page=11

    Juste une phrase "C'est un oiseaux migrateur la cigogne ? "

    Ben non connard c'est une tondeuse à gazon !

    Bonne continuation TAO !

    Posté par Piaf, 19 février 2014 à 23:00
  • Toujours une belle occasion de rigoler

    Merci Piaf pour le lien. L´orthographe cynégétique est une source d´hilarité inépuisable. Saigneur ! Quelle bande d´ignards ! Et en plus, chouchoutés par le gouvernement, protégés par la loi et les forces de l´ordre !

    Ici, les grues cendrées reviennent. Toujours un moment de grande émotion.
    Au fête, la grue sendré, cèt un oiseauxx migrateur ?!!!

    Posté par martine, 20 février 2014 à 10:17
  • Euuuh, Martine ?

    Les traiter d'"ignards", ne serait-ce pas un peu se tirer une balle dans le pied, si je puis dire ?

    Posté par Frank, 20 février 2014 à 17:01
  • corrida basta

    alors voilatipas que ceux qui nous gouvernent aimeraient bien dissoudre le CRAC Europe, rien que ça !
    ----------------
    Face à la montée en puissance du mouvement abolitionniste, le petit monde de la torture des arènes perd la tête ! des élus pro-torture demandent notre dissolution au ministre de l’intérieur. Le ridicule ne tue pas. Messieurs Fournier, Couderc, Dumas et Marleix ont de la chance !
    --------------
    raison de + pour être HYPER NOMBREUX à Alès le samedi 31 mai prochain, encore + nombreux que l'an dernier, rien que pour les faire chier ! j'y serai.

    Posté par terrienne01, 21 février 2014 à 10:21
  • Lâche et menteur, tout pour plaire

    "François Hollande se déclare opposé à une réforme du statut de l'animal dans le code civil. Le même François Hollande (du temps où il était candidat aux élections présidentielles et avait besoin de glaner des voix aussi du côté des électeurs soucieux des animaux), écrivait ceci dans un courrier adressé à la LFDA le 2 mai 2012 : «Alors que le Code rural qualifie très justement l’animal d’ «être sensible», cette qualification ne se retrouve malheureusement aucunement dans le Code civil qui continue à placer l’animal dans le chapitre des biens. En outre, aucune loi ne protège aujourd’hui les animaux sauvages en tant qu’individus. Cette situation est très critiquable et nous laisse à penser, à bon escient, qu’en son état actuel, le droit français apparaît trop peu progressiste et peu cohérent. Aussi, je souhaiterais définir un nouveau statut juridique de l’animal qui reflète les vérités scientifiques ainsi que l’évolution de la perception des animaux dans la société. Il me paraît nécessaire de réformer le Code civil afin que ce dernier ne définisse plus l’animal par son utilisation, en tant qu’objet patrimonial, mais bien comme un être sensible. » (Bulletin N°74 de la LFDA, juillet 2012)."
    http://www.liberation.fr/societe/2014/02/21/hollande-prefere-que-les-animaux-restent-des-biens-meubles_982000
    allez lui dire ce que vous pensez de lui, je viens de le faire : http://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

    Posté par terrienne01, 21 février 2014 à 17:24
  • https://www.facebook.com/media/set/?set=oa.1484998855061154&type=1

    Posté par terrienne01, 25 février 2014 à 18:33
  • Un vieux de la cambrousse

    Donc çà re-branle dans le manche ?
    Y fait pas bon, être seul face aux hordes barbares à fusil ? aussi je vous lis...

    Posté par Dempsey, 26 février 2014 à 11:43
  • Extinction Holocène

    Désolé hors sujet:

    Malheureusement c'est plus grave qu'on ne le pense :

    8. Extinction Holocène.
    Quand : ici et maintenant.
    Quoi : toutes les espèces sont en train de disparaître. Les plus menacées sont les
    grands mammifères, certains oiseaux migrateurs, les massifs coraliens, etc, etc, etc ...
    Cause probable : prolifèration de l'espèce humaine à la surface de la Terre.

    http://droitdanslemur.blogspot.fr/2005/09/les-huit-extinctions-de-masse-de.html

    Posté par Sirinien, 27 février 2014 à 07:29
  • L'ours esclave pour promouvoir les ours libres

    http://archedenoelle.over-blog.com/2014/02/non-a-la-venue-d-un-ours-prisonnier-au-cinema-d-albi.html

    Posté par azer, 28 février 2014 à 00:58
  • oui Sirinien

    notre espèce grouille à la surface du globe comme une vermine qui détruit tout sur son passage.
    on ne peut pas se reproduire à l'infini dans un espace fini.
    ce n'est pas idéologique. c'est juste mathématique.
    http://demographie-responsable.org/

    Posté par terrienne01, 28 février 2014 à 10:53
  • Mars le plus beau mois de l'année

    Quel merveille de traverser la forêt en mars, les abres n'ont pas de feuilles la forêt est "transparente", on peut y voir toute la vie libérée de ses persécuteurs et qui s'impatiente, ce matin en traversant la forêt un écureuil m'observait du haut de son arbre, les grives draines volaient en troupes d'un arbre à l'autre, un couple de héron chassait le mulot dans un pré en lisière. Et surtout, quel jouissance de ne pas craindre de recontrer un de ces immondes abrutis en orange. pas un coup de feu,juste le calme du printemps impatient.

    Posté par Turdus, 04 mars 2014 à 18:37
  • Turdus, mon ami

    tu es un poète, quel talent dans ce petit texte superbe

    Posté par terrienne01, 05 mars 2014 à 10:33
  • HA HA HA !! les membres de l'aspco pensent que la ségrégation raciale qui leur est propre est une généralité

    lisez cette intervention ainsi que la réponse, c'est sans commentaire, les réponses de chasseurs sont ici acceptées,ce qui n'est pas réciproque sur le site de l'aspco

    extrait
    "Opération piégeage"coup de poing"pour accentuer la lutte contre le rat musqué, coordonnée dans la région Nord Pas-de-Calais. Le GDON nous demande de piéger de façon intensive pendant trois semaines, du 24 février au 17 mars. En espérant que nous ne déclencherons pas une manif à Lille... Cordialement, Vincent Deléglise.
    (Question du 24 f�vrier 2014)
    Merci de votre message. Nous mettons en ligne en "actualités". Il y a peu de chance que cette opération déclanche l'ire de nos opposants, le rat musqué ne doit pas être digne de leur sollicitude."

    Posté par Turdus, 06 mars 2014 à 11:06
  • "Oscar le chat non ! Mais les autres oui ?"

    Envie de vomir !!!
    "...fracasser la tête d´un animal est légal et routinier en France!"
    http://www.l214.com/oscar-le-chat-non-mais-les-autres-oui

    Et comme l´abruti présidentiel se préoccupe plus de ses burnes que du statut des animaux, la barbarie dans les élevages a encore de beaux jours devant elle !

    Posté par martine, 07 mars 2014 à 10:56
  • Consommateurs coupables et lâches

    De par leur lâcheté, leur ignorance volontaire, les amateurs de viande portent une grande part de responsabilité dans le traitement barbare infligé aux animaux d´élevage, dans la cruauté qu´ils subissent quotidiennement.
    A ce sujet, un article paru en 2010 sur Agoravox. Toujours actuel, malheureusement.

    http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/non-les-lois-de-protection-animale-69417

    Posté par martine, 07 mars 2014 à 11:15
  • manif Alès 31 mai

    le gros nase Roustan, maire procorrida d'Alès, a été réélu au premier tour.
    raison de + pour être TRES TRES TRES nombreux à Alès le 31 mai.
    je vous en supplie, VENEZ !

    Posté par terrienne01, 24 mars 2014 à 12:02
  • à terrienne 01

    J'y serai , t'inquiète ...

    Posté par azer, 25 mars 2014 à 03:02
  • Mais avant :

    samedi 29 mars à Guéret :

    http://www.collectif-narg.info/

    Posté par azer, 25 mars 2014 à 03:05
  • message de Jean-Pierre Garrigues

    24 août 2013 / 24 mars 2014 : un nouveau tournant dans la lutte !

    A force de vouloir nous faire passer pour de violents terroristes, dans leur précipitation judiciaire, les aficionados et la procureure du tribunal de Dax qui manifestement souhaitaient tant faire un exemple, se sont pris les pieds dans le tapis à plusieurs reprises ce lundi 24 mars 2014. Toutes les attaques juridiques contre nous ne feront que décupler notre motivation et renforceront notre armée pacifique en route vers l’abolition de la corrida. Grâce à notre avocat maître Jean-Robert Nguyen Phung, brillantissime et convaincu du bien-fondé de notre combat , le vent de l’abolition a soufflé sur la ville de Dax ! L’un des avocats des pros-torture qui était assis derrière moi a laissé échapper un « merde… il est brillant… on est coincé… »
    Le combat continue, plus que jamais. Ne nous laissons pas intimider, à aucun moment. Et soyons nombreux à toutes les actions prévues dans les mois à venir. Date phare à ne pas manquer : le 31 mai prochain à Alès ! 2013 fut une année sans précédent. Que 2014 soit encore plus forte, partout dans le sud gangréné par la barbarie des arènes pour en finir au plus vite avec cette horreur.
    Hier, près d’une centaine de militants étaient venus nous soutenir, sous la pluie et dans le froid. Un immense merci à eux. Ne lâchons rien ! Hier, les aficionados présents dans la salle ont compris que les temps avaient changé. Ils sont partis furieux et dépités. Ce n’est qu’un début.

    ABOLITION !

    Jean-Pierre Garrigues
    Président du CRAC Europe

    Posté par terrienne01, 26 mars 2014 à 11:53
  • merci de signer et de faire circuler

    bises à tou(te)s les ami(e)s
    http://www.petitionpublique.fr/?pi=P2014N46087

    Posté par terrienne01, 26 mars 2014 à 13:48
  • Un nouveau site

    Un nouveau site de protection animale : celui créé par Luce Lapin.
    http://www.luce-lapin-et-copains.com

    Il est très bien fait, avec tout plein d´articles intéressants.
    Diffusez au maximum !

    Posté par martine, 26 mars 2014 à 22:02
  • pour azer

    je sais que tu y seras, mon lapin !
    très heureuse de te revoir.
    j'espère qu'on aura un moment pour diner ensemble au lieu de se voir 3 secondes et demi comme l'an dernier ...

    Posté par terrienne01, 27 mars 2014 à 11:00
  • je vous fais suivre ...

    ce texte savoureux de mon ami Jean-Paul Richier, membre de la CVN doté d'un humour particulièrement épatant et décapant :
    http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-paul-richier/010414/andre-viard-appelle-durcir-la-lutte-contre-les-terroristes-anticorrida

    Posté par terrienne01, 03 avril 2014 à 14:52
  • dans un mois

    c'est la Veggie Pride à Paris.
    kicéki vient ?

    Posté par terrienne01, 10 avril 2014 à 11:50
  • Diffusez diffusez, les ignominies que génère le monde de la chasse

    info ignoble que j'ai apprise en lisant la revue de la LPO.

    http://www.lpo.fr/actualite/16-nids-de-cigognes-detruits-la-reserve-naturelle-de-lestuaire-de-seine-de-nouveau-gravement-vandalisee



    Ceci devrait être diffusé et médiatisé. Quand le président annonce qu'il veut que la france soit exemplaire en matière d'environnement, c'est sur le terrain que ça doit se concrêtiser.



    Une démonstration (qui n'est plus à faire) qu'il est inutile d'essayer de négocier avec le milieu de la chasse. S'ils étaient si vertueux en matière d'environnement ils commenceraient par faire le ménage dans leurs rangs.



    Une telle vengeance sur la nature tout cela parcequ'ils ont perdu sur les dates de chasse des oies, ça ne se verrait jamais dans le camps des vrais défenseurs de l'environnement, c'est toute la différence entre chasseurs et écolos.



    La chasse c'est la violence et la méchanceté incarnée.

    Posté par Turdus, 13 avril 2014 à 16:30
  • Diffusez diffusez, les ignominies que génère le monde de la chasse

    info ignoble que j'ai apprise en lisant la revue de la LPO.

    http://www.lpo.fr/actualite/16-nids-de-cigognes-detruits-la-reserve-naturelle-de-lestuaire-de-seine-de-nouveau-gravement-vandalisee



    Ceci devrait être diffusé et médiatisé. Quand le président annonce qu'il veut que la france soit exemplaire en matière d'environnement, c'est sur le terrain que ça doit se concrêtiser.



    Une démonstration (qui n'est plus à faire) qu'il est inutile d'essayer de négocier avec le milieu de la chasse. S'ils étaient si vertueux en matière d'environnement ils commenceraient par faire le ménage dans leurs rangs.



    Une telle vengeance sur la nature tout cela parcequ'ils ont perdu sur les dates de chasse des oies, ça ne se verrait jamais dans le camps des vrais défenseurs de l'environnement, c'est toute la différence entre chasseurs et écolos.



    La chasse c'est la violence et la méchanceté incarnée.

    Posté par Turdus, 13 avril 2014 à 16:30
  • attention ça va saigner !

    http://aquitainedecroissance.org/2014/04/11/valls-ecologie/
    raison de + pour etre 10.000 à Alès le 31 mai

    Posté par terrienne01, 15 avril 2014 à 08:44
  • Un sanctuaire en danger

    URGENT :
    Au refuge du Domaine des Douages vivent 750 moutons sauvés de l´abattoir. Mais leur sanctuaire est aujourd´hui en danger. Lisez pourquoi et signez la pétition. Et diffusez autant que possible.
    https://www.change.org/fr/pétitions/m-le-président-de-la-safer-de-bourgogne-m-le-préfet-de-bourgogne-mme-la-préfète-de-la-nièvre-sauvons-le-refuge-du

    Si le lien ne fonctionne pas, allez sur le site de L214 qui soutient la pétition :
    http://www.l214.com

    Posté par martine, 22 avril 2014 à 11:57
  • la lettre hebdo de Gégé

    L’intolérable et le relativisme

    Deux facteurs concourent à anesthésier les consciences :
    --- Le pusillanisme, forme élégante de la lâcheté naturelle poussant chaque individu à fuir le risque de déplaire ;
    --- Le nihilisme d’une époque sapée par un hédonisme dépourvu d’altruisme, fruit du libéralisme économique.
    Pour nombre de contemporains, tout se vaut, au nom de la vertu voltairienne qui énonce : « Je ne pense pas comme vous, mais je suis prêt à me battre pour que vous puissiez penser ce que vous pensez ».
    Cette maxime est juste s’agissant de la liberté de pensée et de celle corrélative d’expression des avis et convictions.
    Allant au-delà de l’ordre moral français qui prohibe certaines doctrines, je préconise l’absolue liberté d’expression des idéologies, quelles qu’elles soient et le refus d’inquiéter quiconque pour l’exercice de sa liberté d’opinions.
    Dire qu’il n’y a pas de liberté pour les ennemis de la liberté revient à saper le principe que l’on prétend défendre.
    C’est de la confrontation, du heurt des convictions, du fracas des débats d’idées que s’alimente la liberté.
    Rien n’est pire que le consensus, l’absence d’alternative, le refus des issues de secours multiples.
    Lorsqu’il n’y a qu’une pensée, qu’un système, qu’une seule option, la liberté s’éteint.
    Cela ne signifie nullement que tout se vaut et qu’il ne faille pas combattre idéologiquement les pensées et les systèmes politiques désastreux, les fait sociaux funestes.
    Il y a des vérités et il y a des erreurs, et même des mensonges et des crimes.
    Il y a des pensées utiles, positives, généreuses et des propositions calamiteuses.
    Ne confondons jamais la lutte nécessaire, salutaire, radicale, déterminée, claire et ferme contre les idéologies et les faits sociaux mauvais et l’absurde lutte contre des hommes.
    La terre n’est pas plate et le soleil ne tourne pas autour d’elle.
    Elle n’a pas six mille ans d’âge et l’humain n’est pas apparu en complet veston sur une plage, d’un premier jour.
    Une civilisation qui garantit à la femme les mêmes droits qu’à l’homme vaut mieux qu’une civilisation qui la subordonne à son mari et la lapide pour adultère. Une société qui reconnaît la liberté de modes de vie des homosexuels est préférable à celle qui les met à mort.
    Un Etat qui respecte les droits de ses citoyens est supérieur à un Etat féodal, mafieux ou théocratique.
    Une doctrine qui libère mérite d’être saluée, alors qu’un système qui abrutit doit être dénoncé.
    Mais la lâcheté alliée au nihilisme empêche d’assumer ce grand combat des valeurs.
    Nos contemporains confondent la tolérance de la pensée d’autrui et une démission de la volonté de promouvoir les valeurs supérieures.
    Oui, les droits de l’homme et mieux ceux du vivant valent mieux que leur négation.
    Or, moralement, le monde contemporain fait faillite.
    L’illustration de cette faillite se révèle dans le fait que lorsqu’un chef d’état occidental se déplace à l’international, il emmène avec lui une cohorte d’affairistes, de patrons, dans le dessein de passer des contrats.
    Il abdique à promouvoir la raison, la science, l’intelligence, les valeurs éthiques. S’il le faisait, il emmènerait avec lui des philosophes, des scientifiques, des penseurs de son pays.
    Comment s’étonner de découvrir, à chaque instant, par scandales à répétition, que la corruption, l’amour de l’argent mal gagné par l’exploitation, gangrènent les amis des palais nationaux ?
    Le commerce leur tient lieu d’éthique.
    Tolérer l’intolérable n’est pas une vertu, mais une capitulation de la raison.
    Sont intolérables l’assassinat, le viol, l’esclavage, la relégation des femmes, l’excision des fillettes, la persécution fondée sur des différences de mœurs, la censure, les arrestations arbitraires, et, pour nous biocentristes, la maltraitance animale, puisque l’animal éprouve la souffrance.
    La lâcheté pousse nombre d’individus à ne pas oser condamner la chasse, la corrida, les usines à cochons ou à veaux.
    Le devoir de respecter tout individu dans ses convictions ne dispense nullement du devoir corrélatif de combattre les faits sociaux contraires aux valeurs essentielles.
    Nuire à autrui est une perversion, non l’exercice légitime d’une opinion.
    Célébrer la pulsion de mort est intolérable.
    Mais, pour les pusillanimes, les planqués du « juste milieu », (ceux qui auront nécessairement tort), il faut relativiser et surtout ne pas déranger les puissances du jour.
    En juin 1940, 80% des Français étaient pétainistes et quatre ans plus tard 80% étaient résistants !
    Aujourd’hui, nombre de caractères faibles n’osent pas s’exprimer face aux potentats du temps, aux intouchables dont on craint les menées fascisantes et les capacités de nuisances, d’ostracisme .
    Les «prudents» veulent être promus, décorés, subventionnés, et se gardent bien de dire la vérité face aux lobbies de la chasse, de certains groupements d’exploitants agricoles et de promoteurs.
    Les pratiques contre nature, la dictature de fait sur l’appareil d’état de certaines officines sont intolérables.
    Ne tolérons pas l’intolérable et ne bêlons pas à l’unisson du troupeau des opportunistes qui flattent les potentats qu’ils conchieront demain lorsqu’ils seront abattus.

    Gérard CHAROLLOIS
    CONVENTION VIE ET NATURE

    Posté par terrienne01, 27 avril 2014 à 14:07
  • hier 27 avril au Vatican

    le roi d'Espagne et le premier sinistre français, deux dépravés qui prennent leur pied en voyant torturer un animal, le premier appréciant également d'aller en Afrique buter des grands animaux en voie de disparition. super non ? magnifique exemple d'amour envers la création. à gerber.

    Posté par terrienne01, 28 avril 2014 à 08:39
  • Pour un nouveau statut juridique de l'animal

    Signez et envoyez la pétition sur http://www.30millionsdamis.fr/jagis/signer-la-petition/je-signe/22-pour-un-nouveau-statut-juridique-de-lanimal/#signature

    Posté par Turdus, 10 mai 2014 à 14:59
  • veggie pride

    belle marche sous la pluie samedi dernier.
    http://www.vegemag.fr/actualite/veggie-pride-milliers-militants-contre-lexploitation-animaux-paris-1844

    Posté par terrienne01, 13 mai 2014 à 15:41
  • ALES 2014 = J MOINS 18

    Posté par terrienne01, 13 mai 2014 à 15:42
  • Communiqué de presse, le 13 mai 2014

    Joyeux anniversaire les Suisses :
    40 ans sans chasse, et tout va bien !

    Le 14 mai 1974, l’interdiction de la chasse dans le canton de Genève était approuvée par 72 % de la population. Malgré les affirmations alarmistes des chasseurs d’alors, tout se passe très bien ! Un exemple salué par l’ASPAS, mais qui contrarie un lobby toujours paniqué par la vie sauvage…
    Aujourd’hui, la faune du canton de Genève est devenue exceptionnellement riche, et les promeneurs apprécient la quiétude des lieux. Depuis l’arrêt de la chasse, les seuls problèmes notables n’ont été que politiques ou psychologiques, mais certainement pas écologiques. Pourtant, en 1974, le petit monde des chasseurs s’était affolé, maudissant les écologistes et prédisant d’épouvantables pullulations. Même phénomène en France en 1972, lorsque la chasse des rapaces a été interdite. Les chasseurs paniqués multipliaient les prévisions alarmistes. Aujourd’hui, on observe couramment des faucons jusqu’au cœur des villes, et aucun excès n’a été signalé…

    Dans les 282 kilomètres carrés du canton de Genève, c’est donc la sérénité. Quelques sangliers commettent bien des dégâts à l’agriculture, mais ces problèmes ponctuels sont réglés par des gardes professionnels, ce qui satisfait les habitants. Ces sangliers, d’ailleurs, viennent souvent de France, où ils prolifèrent, car leur chasse y est très rentable. De plus, l’absence de grands carnivores favorise l’expansion de ces proies potentielles. En revanche, la présence de petits carnivores (renards, fouines, hermines, etc.), considérés par les chasseurs français comme des « nuisibles » qu’il faudrait à tout prix « réguler », ne pose ici pas de souci.

    Il est toujours curieux de constater que des hommes adultes et armés, les chasseurs, sont aussi ceux qui ont le plus peur des animaux. Ce sont encore des chasseurs paniqués par la rencontre qui ont tiré sur nos ours Claude, Melba ou Cannelle, alors que les promeneurs n’ont jamais eu de problème. Responsables de l’appauvrissement de la nature, les chasseurs n’ont donc pas de leçon à donner sur leur prétendument nécessaire « gestion de la faune ». L’ASPAS, qui met en place des Réserves de Vie Sauvage® où la chasse est totalement interdite, tient à les rassurer : ils ne se feront pas attaquer par les lapins…

    Posté par terrienne01, 14 mai 2014 à 10:57
  • ALES = J MOINS 3

    je prépare ma valise.

    Posté par terrienne01, 28 mai 2014 à 11:58
  • Chasseurs = pro-corrida le contraire m'eut étonné

    Sur le lien suivant vous constaterez que le milieu de la chasse défend la corrida.
    http://www.aspco.fr/?l=fr&p=page&cat=&q=1363

    Peut être nous accuseront-ils d'excès de sensibilisme, mais non pas du tout, un chasseur qui se prendrait un pruneau dans le ventre ou un torréro qui se ferait empaler ça ne me ferait ni chaud ni froid, rassurez vous, plutôt chaud au coeur d'ailleurs.
    On sait nous aussi rester froid, y'a pas que les grosses brutes de chasseurs ou d'afficionados qui savent voir souffrir et rester de marbre.
    attention il n'y a aucune menace dans ce message je n'ai pas écrit que j'allais mettre un pruneau dans le ventre d'un chasseur, d'ailleurs avez vous déjà vu des anti chasse ou anti corrida violents??

    C'est la vie y'a les bons et les méchants.

    Je suis du coté des bons.

    Posté par Turdus, 01 juin 2014 à 08:52
  • la lettre hebdo de Gégé

    La corrida et les censeurs

    Le samedi 31 mai, plusieurs milliers de manifestants, répondant à l’appel du COMITÉ RADICALEMENT ANTICORRIDA, se réunirent à ALES pour témoigner du sursaut des consciences face à la torture érigée en spectacle.
    Je fus empêché de participer à cette protestation morale suite à des problèmes de santé d’'un membre proche de ma famille.
    Le même jour, quatre cents nationalistes, pollueurs et exploiteurs, antifiscalistes, dits « bonnets rouges » défilaient à BREST et à NANTES et la presse relatait l'’échec de leur mobilisation, sans mentionner les milliers de manifestants contre le spectacle de mort.
    D’aucuns imaginent qu'ici et maintenant la presse est loyale, libre, impartiale.
    Les faits démentent constamment cette idée reçue tout autant que rassurante.
    La presse, à la remarquable exception de quelques organes tels que CHARLIE HEBDO, véhicule les mêmes informations, radotent les mêmes dogmes, dispense le même opium du peuple, le sport spectacle, drogue douce, remplaçant la religion, drogue dure.
    Il faut admirer l'efficacité de la drogue qui produit de superbes transes collectives au cours desquelles de braves gens braillent ardemment « on a gagné », alors qu'ils n’ont rien gagné du tout.
    Le contrôle des médias sur les cerveaux disponibles n’opère toutefois pas au premier degré mais de manière subtile.
    Prenons quelques exemples :
    En mai et juin 2005, la quasi-unanimité des journaux et les commentateurs de la presse audio-visuelle s’'engagèrent en faveur du « Oui », au référendum portant sur le projet de constitution Européenne, projet néanmoins rejeté par une majorité de votants, le 29 juin.
    En cette affaire, l’observateur pourrait conclure hâtivement que la presse ne fait pas l’'opinion.
    De même, plus proche de nous, lors des divers scrutins politiques, les médias dénoncent le parti qualifié par eux « d’'extrême-droite », sans que cela ne nuise à ce parti réprouvé par les journalistes, les intellectuels, les artistes et presque tout ce qui s’exprime dans les canaux publics et privés de l’information.
    Nous pourrions dégager du rappel de ces faits que le pouvoir médiatique n’existe pas et s'en réjouir.
    En fait, ce pouvoir est considérable, mais opère à un autre niveau.
    Le « bon public » ne se détermine pas selon les injonctions morales d'une élite de moins en moins respectée, mais est conditionné par le vacarme de fond.
    Ainsi, la presse annonce, avant un scrutin, que « l’'abstention est redoutée et devrait être importante ».
    Tous les articles, tous les débats, tous les bulletins d’informations commentent, au besoin en les critiquant, les moindres faits et gestes du parti honni, dont le nom est sans cesse martelé.
    Qu’'importe le mal que l'informateur pourra dire sur ce parti, son leader, ses propositions. Ce qui est déterminant est qu’il en parle de manière obsessionnelle et qu’en revanche tous les autres « gentils » se trouvent relégués dans l’angle mort des phares médiatiques.
    La presse ne décrit pas une société. Elle la façonne par les valeurs, les thèmes, les préoccupations qu’elle met en lumière, provoquant parfois, sans le rechercher, un mouvement grégaire.
    Il y a là un effet performatif, quand le dire génère le fait.
    Aussi, lecteurs politiciens, faites parler de vous.
    Quand bien même ce serait en mal, vous en tirerez un bénéfice de notoriété, alors que le silence vaut un linceul.
    La cause animale en tout cela ?
    C’'est le sujet tabou par excellence.
    Ceux qui remettent en question l’anthropocentrisme n'offrent aucune occasion de dénigrement aux chiens de garde de la pensée traditionaliste.
    Alors, ne pouvant dénoncer, les médias formatés censurent toute manifestation contre la corrida, contre la chasse, contre les élevages en batteries et pour une véritable protection du vivant.
    Le grand défi éthique de notre temps, le rapport de l’humain au vivant, dérange trop d’intérêts, heurte trop d'idéologies ancestrales établies, trouble trop de consciences anesthésiées, échappe trop aux caricatures faciles pour que la presse débile le mentionne.
    Voilà comment les censeurs veillent sur le sommeil de nos contemporains qui ne doivent surtout pas savoir qu'à ALES des milliers de gens se sont levés pour abattre la torture d'’un être sensible.

    Gérard CHAROLLOIS
    CONVENTION VIE ET NATURE

    Posté par terrienne01, 03 juin 2014 à 13:38
  • comme d'hab

    ceux qui veulent mes photos de la manif anticorrida d'Alès me le demandent.
    CORRIDA BASTA, CORRIDA BASTA, CORRIDA BASTA, CORRIDA BASTA,
    bisous à Azer que j'ai vu là-bas samedi, avec toujours autant de plaisir.

    Posté par terrienne01, 04 juin 2014 à 19:22
  • la lettre hebdo de Gégé

    Corrida et chasse : le sadisme ordinaire

    Rechercher son plaisir avec celui d’autrui : voilà toute morale.
    Mais rechercher son plaisir dans la souffrance et le mépris d’autrui : voilà une perversion.
    Cette jouissance tirée du spectacle du mal infligé à autrui a été illustrée par l’inquiétante production littéraire du marquis de SADE qui ne se contenta pas de narrer de bien répugnantes scènes, bien peu érotiques, mais purement cruelles et perverses, et qui, passant à l’acte, commit des viols et des assassinats.
    Certains « intellectuels » édifièrent une légende autour de ce sulfureux personnage de la fin du "siècle des lumières", personnage qui en manqua singulièrement.
    La lecture de son livre « La philosophie dans le boudoir » est édifiante et m’a retiré toute sympathie pour cet écrivain bien peu révolutionnaire mais proprement affecté d’une personnalité pathologique.
    Mais si le criminel que fut ce démoniaque marquis rencontra l’estime de quelques zélateurs, c’est qu’il dépeint, non sans talent, le côté sombre de l’humain, le côté thanatophile qui trouve à s’exprimer lors des conflits armés où la cruauté insondable se donne libre cours sur l’ennemi, sur la race inférieure, sur l’otage captif, sur des populations entières, sur de pauvres individus torturés avec luxe et raffinements.
    L’humain peut être bon, généreux, altruiste.
    Mais il advient aussi qu’il s’abaisse bien au-dessous des autres animaux en perdant tout sens de la compassion, toute conscience de ses devoirs fondamentaux envers autrui.
    Lorsque la guerre, le gardiennage d’un camp d’extermination, les affrontements entre religions ou nations sont congédiés et que cette absence le prive de son lot de sang et de souffrance, il lui reste la cruauté à l’encontre des animaux, substituts de victimes expiatoires.
    Sans ce sang et cette souffrance, le spectacle, le jeu, le loisir ne seraient pas si beaux.
    L’amateur de corrida et de chasse jouit de la souffrance qu’il voit infliger ou de celle qu’il inflige lui-même, ce qui définit le sadisme.
    La chose est évidente et pour refouler le malaise que génère cette simple constatation, il faut à l’homme thanatophile des paravents, des fumigènes, du verbiage cultureux dont l’inconsistance révèle le caractère névrotique du symptôme.
    Que lisez-vous sous la plume des addictifs au spectacle de mort ?
    « Le taureau, superbe et glorieux, animal de combat, né pour la lutte, préfère mourir dans l’arène. Ce combat est celui de l’homme, être de culture, contre le sauvage, la nature et marque le triomphe humain tant sur la bête que sur la mort ».
    Tout n’est qu’imposture dans cette phraséologie pathétique.
    Un taureau n’est qu’un herbivore qui, à l’état sauvage, n’agresserait que pour éloigner une menace.
    Il ne charge que pour sauvegarder son troupeau de femelles. Ne consommant pas de proie, il vise à protéger et à défendre et nullement à attaquer, n’ayant aucun intérêt biologique à le faire.
    D’autres herbivores de grandes tailles, tels qu’éléphants ou rhinocéros adoptent le même comportement consistant à éloigner les dangers du troupeau sans chercher querelle à quiconque, la nature ne leur procurant aucun avantage à capturer et détruire.
    Cet herbivore, dans l’arène, est soumis à des tourments inouïs, à des perforations, des mutilations dont la cruauté dépasse tout entendement et qui fait le sel de ce spectacle.
    Il n’y a pas « combat » mais mise en scène macabre dont l’issue est réglée d’avance.
    C’est un pur combat d’opérette, une fiction qui ne se joue qu’au détriment d’un être sensible torturé jusqu’à la mort.
    Nul courage, nulle gloire dans cette fiction minable dont le seul intérêt consiste à savourer une agonie.
    Le fait que des milliers d’humains goûtent un tel spectacle prouve la persistance d’un instinct de mort qui n’honore guère notre espèce et dont elle fut si souvent elle-même victime.
    Car, bien sûr, ce sont des bêtes que l’on sacrifie, pas des hommes, mais lorsque les hommes deviennent des sous-hommes, des « chiens », des « rats », comme l’éructent tous les combattants de toutes les guerres parlant de leurs ennemis, cet ennemi devient le taureau que l’on supplicie.
    Assez de fumées, de logorrhée pompeuse : la corrida n’est qu’une séance de tortures en public pour satisfaire le goût du sang et de la mort.
    Les faits sont ce qu’ils sont et les mots ne pansent ni les plaies des victimes, ni la nausée de ceux qu’habite une conscience.
    La chasse est la mort loisir et là aussi celui qui trompe l’ennui de ses dimanches en traquant, blessant et tuant des êtres sensibles farde les faits :
    Il "gère", "régule", "prévient" les proliférations de sangliers, "protège" les récoltes, "contient" les prédateurs.
    Il ne faudrait pas pousser bien loin le petit propagandiste du lobby chasse pour qu’il affirme que le chasseur sacrifie son dimanche pour remplir une mission de service public, agissant au mépris de son temps de détente, pour accomplir une mission moralement imposée.
    Allons, disons-le plus simplement :
    Le chasseur aime tuer et fait de cette activité singulière son passe temps.
    Le reste n’est que le paravent des impostures, de grossiers prétextes qu’un examen objectif déconstruit.
    C’est qu’il n’est pas très moral d’aimer tuer et que cela ne s’avoue pas aisément.
    Alors, les pseudo-proliférations, les maladies de la faune, les peurs entretenues masquent l’instinct de mort.
    Là aussi le conformiste dira : « ce ne sont que des bêtes », piusqu’en temps de paix, la chasse à l’homme est fermée.
    Mais, il ne faudrait pas grand chose pour une réouverture autrement excitante que le tir du lapin et du cochonglier, du faisan d’élevage et de la bécasse.
    Humains, par votre cupidité qui détruit la planète, par votre sadisme qui font de ce monde un enfer, que vous êtes laids !
    Gérard CHAROLLOIS
    CONVENTION VIE ET NATURE

    Posté par terrienne01, 10 juin 2014 à 10:38
  • Manif des chasseurs du pas de calais, la médiocrité humaine dans toute sa splendeur

    Lorsque les abolitioniste de la corrida manifestent, les chasseurs ne voient qu'un bide de 200 participants
    Quand les chasseurs du pas de calais manifestent ils sont 200 mais ils se voient 2000 devant les marches.
    Constatez par vous même, les tueurs qui se renvendiquent héritiers d'un patrimoine qu'ils ont eux même massacré et réduit à néant.

    http://www.noschasses.fr/content/les-premi%C3%A8res-images-du-rassemblement-des-chasseurs-du-nord-pas-de-calais

    Plus chauvin et bête qu'eux je ne connais pas.

    Posté par Turdus, 04 juillet 2014 à 10:12
  • manif HYPER importante

    le 27 septembre à Paris :
    https://www.youtube.com/watch?v=2wTTUepmqWA

    j'y serai, VIENDEZ MA BANDE !!!

    Posté par terrienne01, 20 juillet 2014 à 08:50
  • la lettre hebdo de Gégé

    Une différence irréductible

    L’actualité, offrant des occasions de parler de permanences, confirme une différence éthique fondamentale, irréductible, insurmontable entre nous, biocentristes, et une société vouée au nivellement, au productivisme, à l’exploitation, à la dévastation de la terre.
    Quelques faits vont illustrer ce fossé.
    Survint, ces jours-ci, une polémique relative aux campagnes d’effarouchement de loups dans le parc national des ECRINS.
    Des échange de courriers électroniques avec les dirigeants du parc révèlent que ceux-ci revendiquent la vocation pastorale du parc.
    Il faut comprendre que, concrètement, le parc national ne peut accueillir ni la faune ni la flore sauvages, mais des moutons de rente.
    La nature n’est pas la priorité des élus locaux, ce que nous savions de longue date.
    A l’autre bout du pays, un tribunal administratif annule, à la requête de la SEPANSO et de la LPO, un invraisemblable arrêté du préfet des LANDES qui l’an passé, pour faire cesser les incidents entre chasseurs d’ortolans et protecteurs des oiseaux, avait cru pouvoir expulser les seconds de son département.
    Pendant longtemps, l’Etat français tenta de couvrir juridiquement la pratique arriérée consistant à capturer des petits oiseaux chanteurs, dans les LANDES, à l’aide de pièges-cages dits « matoles ».
    Il fallut des arrêtés du Conseil d’Etat pour contraindre les pouvoirs publics à prononcer l’illégalité de ces destructions barbares, distractions d’une poignée de braconniers locaux.
    Mais,l’administration laisse faire, avec les encouragements des politiciens irresponsables, persuadés que la répression de ce braconnage susciterait une jacquerie, à l’instar des appréhensions des autorités, naguère, devant les gesticulations tartarines des tireurs de tourterelles du MEDOC.
    L’an passé, des militants de la cause des oiseaux contraignirent des gendarmeries locales à constater les d’infractions à la législation de la chasse. Les amis des oiseaux enlevèrent des « matoles » contenant des ortolans et autres passereaux.
    Un commando de braconniers agressa les militants, détériorant leur véhicule.
    Que fit le préfet ?
    Préférant, comme tout pouvoir, une injustice à un désordre, il bannit des LANDES les défenseurs des oiseaux, au mépris de la liberté élémentaire, violation du droit que sanctionne le tribunal.
    Ainsi, des loups des ALPES aux ortolans des LANDES, c’est la même malfaisance qui est à l’œuvre.
    Disons-le clairement : certains hommes sont contre nature.
    Un processus de destruction totale est sournoisement en train de s’opérer et que ce soit pour assouvir des intérêts cupides ou pour satisfaire des loisirs d’arriérés, la société tue.
    Face à ce constat d’évidence, deux attitudes sont possibles :
    --- faire de l’environnementalisme de collaboration en feignant de ralentir le processus, en composant, en louvoyant, en taisant prudemment les faits pour maintenir l’illusion d’un compromis qui se fera toujours au détriment de la vie ;
    ---- s’opposer calmement, avec sérénité mais fermeté, puisqu’on ne peut pas poursuivre dans cette direction, qu’il faut changer de cap, de valeurs et mettre la protection de la nature à l’ordre du jour.
    Ceux qui s’inscrivent dans une démarche de vérité et de courage ne recevront ni décoration, ni subvention, ni reconnaissance officielle parce qu’ils dérangent et troublent le jeu de dupes d’une société qui, parfois, parle d’or mais qui n’agit que pour l’argent.
    « Voyons, vous ne voudriez pas que les ALPES, LES PYRENEES, les LANDES et le PERIGORD deviennent des réserves d’indiens » !
    Les esprits enclavés veulent du développement, de la croissance, des autoroutes, des lignes à très grande vitesse, de la maïssiculture, de l’élevage soutenu à 50% par des subventions publiques !
    Que la faune et la flore aillent se faire protéger ailleurs.
    Ailleurs, c’est-à-dire nulle part.
    Parler clair, c’est affirmer qu’il faut laisser des espaces à la nature en renonçant à une exploitation forcenée partout. C’est dire qu’il faut cesser de subventionner à 50% des revenus l’élevage de montagne aboutissant à maintenir artificiellement des pratiques contre nature, et subordonner ce salaire public à la seule présence des grands prédateurs.
    Dire la vérité, c’est constater que la chasse française est un abus, que tout dialogue sous l’égide d’un pouvoir partial et soumis confine à l’imposture dès lors que la mafia agrocynégétique entend bien ne rien concéder.
    Certes, une société pluraliste doit tendre à la concorde. Mais pour ce faire, la confrontation doit être loyale et l’état doit cesser d’être sous influence.
    Piteusement, l’actuelle ministre de l’écologie déclare ces jours-ci au président des chasseurs, par ailleurs conseiller général de droite de NICE, que « la chasse est respectable et responsable ».
    Nous, biocentristes, connaissons les irresponsables !
    De tels propos justifient pleinement le mépris croissant des citoyens à l’égard des politiciens.
    Faisons le choix de la vérité, du courage, du refus de la dévastation programmée.
    Tant pis pour les décorations, les subventions, les lambris de la république, mais nous choisissons de parler fort, haut et clair. Nous choisissons le parti de la vie, de la terre, des oiseaux et des loups.

    Gérard CHAROLLOIS
    CONVENTION VIE ET NATURE

    Posté par terrienne01, 20 juillet 2014 à 08:51
1  2    Dernier »

Poster un commentaire